gripper

gripper [ gripe ] v. <conjug. : 1>
• 1405; frq. °grîpan « saisir »
I V. tr.
1Vx Attraper, saisir lestement et avidement. happer. Prendre au collet, arrêter (un voleur).
2Mod. Techn. Provoquer un grippage dans (un mécanisme). La rouille a grippé le mécanisme. Pronom. Le moteur s'est grippé.
II V. intr.
1(1752) Se froncer, se retirer (en parlant des étoffes). Soie qui grippe sous le pied-de-biche.
2(1757) S'accrocher, se coincer, s'arrêter par l'effet du grippage. se bloquer. Le moteur va gripper si on ne le graisse pas.
⊗ CONTR. 1. Lâcher. — Tourner (rond).

gripper verbe transitif (francique gripan, saisir) Provoquer l'arrêt, le mauvais fonctionnement d'un mécanisme par défaut de graissage. Bloquer le fonctionnement d'un système. ● gripper (homonymes) verbe transitif (francique gripan, saisir)gripper verbe intransitif se gripper verbe pronominal être grippé verbe passif S'échauffer et adhérer par défaut de graissage : Les rouages grippent. Ne plus fonctionner correctement, se bloquer : Le système monétaire international commence à gripper.gripper (homonymes) verbe intransitif se gripper verbe pronominal être grippé verbe passif

gripper
v. intr. TECH Adhérer, se bloquer, en parlant des pièces d'une machine. Le moteur grippe (ou, v. Pron., se grippe).

⇒GRIPPER, verbe
I. — Emploi trans.
A. — Vx. [En parlant du chat et des animaux à griffes] Attraper, saisir subtilement. Ce chat a grippé un morceau de viande; il a grippé la souris à la sortie du trou (Ac.).
B. — P. ext.
1. Vx. Dérober (le bien d'autrui). On lui a grippé sa bourse; cette femme lui a grippé son argent (Ac.).
2. Vieilli. Attraper, surprendre quelqu'un. Synon. agripper, attraper, pincer. Ce brave Justin Lebasser, que Jacques Arribas voulait faire gripper par les gendarmes et faire mettre en prison (FABRE, Norine, 1889, p. 31) :
T'en baill'rai, moi ed' la Nioule! Cte ch'tite gaupe! C'te racaille! Ah, j't'ai ben grippé el' nez dans l'pot, ec'te fois, vieux coureur ed' créatures!
MARTIN DU G., Gonfle, 1928, I, 6, p. 1194.
II. — Emploi trans., intrans. et pronom.
A. — Vieilli. Froncer, rider.
1. Emploi trans. Les grands de la classe mettaient les gants sur le poêle, s'amusaient à les dessécher, à les gripper; puis, si les gants échappaient aux fureteurs, ils se mouillaient, se recroquevillaient faute de soin. Il n'y avait pas de gants possibles. Les gants paraissaient être un privilège, et les enfants veulent se voir égaux. (BALZAC, L. Lambert, 1832, p. 57). De leurs fenêtres aux carreaux cassés, volettent au dehors des lambeaux de petits rideaux, tout grippés par la pluie (GONCOURT, Journal, 1870, p. 674). Je n'ose pas le dire à Brague, mais je me l'avoue, en regardant dans la glace ma figure d'enterrement, avec un petit frisson de lâcheté qui me grippe la peau du dos (COLETTE, Vagab., 1910, p. 54).
2. Emploi intrans. et pronom. Ce tissu grippe un peu (ROB.). Une étoffe qui grippe (Lar. Lang. fr.). Ce taffetas s'est tout grippé (Ac.).
3. Au part. passé Face, visage grippé(e). Dont les traits sont contractés, crispés, dans certaines crises douloureuses. Puis, très rapidement les symptômes de la péritonite généralisée : (...) un faciès anxieux, grippé (WIDAL, LEMIERRE, ABRAMI ds Nouv. Traité Méd., fasc. 3, 1927, p. 119).
B. — Accrocher, bloquer par effet de grippage (v. ce mot B).
1. Emploi trans. Avant dix kilomètres d'ici elle aura déjà tamponné trois voitures, grippé son débrayage, crevé ses pneus (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p. 319).
2. Emploi intrans. et pronom. Un organe mal graissé s'échauffe, grippe, se rompt et peut occasionner des accidents très graves (HERDNER, Constr. et conduite locomot., 1887, p. 303). On risque, en terme de métier, « de passer les bielles au travers du carter », car la bielle se grippe sur le maneton du vilebrequin, se tord, casse et frappe le cylindre et le carter qu'elle défonce (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 340).
P. métaph. Ce n'est pas moi, ce sont les choses qui l'ont abandonné, il n'était plus d'accord avec elles; on aurait dit qu'ils n'étaient plus animés de la même vie et qu'ils ne s'attendaient pas, qu'ils ne s'entendaient pas. Mon devoir n'est-il pas d'enlever aussitôt le rouage qui grippe et qui grince? (CLAUDEL, Soulier, 1929, 4e journée, 4, p. 878).
Au fig., mod. [En parlant d'un système écon., pol., soc.] Fonctionner mal. Protéger les faibles, réduire les inégalités les plus choquantes devrait être l'ambition d'une politique des transferts sociaux. La mécanique actuelle de ces transferts ne joue pas dans ce sens. Elle grippe parce que l'évolution du rapport entre population active et inactive reste peu favorable (Le Monde 11.12.63 ds GILB. 1971). On peut penser que le système suédois se gripperait (O.R.T.F. 18.10.69 ds GILB. 1971).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Trans. 1. a) 1425 « saisir violemment, agripper » (Journal d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p. 205); 1509 [ms.] « saisir avec les griffes » (VINCENT PHILIPPON, Traduction de la fauconnerie d'Arthelouche de Algona, B.N. fr. 2005, f° 17 v° ds GDF. Compl.); 2. 1585 « filouter » (NOËL DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 239); 3. 1649 « prendre au collet, arrêter (un voleur) » (SCARRON, Virgile travesti, livre IV ds Œuvres complètes, éd. de 1786, t. 4). B. Intrans. 1. 1740 « se froncer (en parlant des étoffes) » (Ac.); 2. 1757 « s'arrêter par excès de frottement de ses pièces (d'une machine) » (Encyclop. t. 7, s.v. forêt, p. 133b). C. Part. passé 1. 1684 être grippé de « entiché de » (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettre du 15 nov. ds Correspondance éd. R. Duchêne, t. 3, p. 157; 2. a) 1782 « qui est atteint de la grippe » (MERCIER, Tabl. Paris, t. 4, p. 158); b) 1814 face grippée (NYSTEN). On admet gén., malgré la rareté de ses attest. à époque anc., que gripper remonte à l'a.b. frq. gripan « empoigner, saisir »; cf. m. néerl. gripen « prendre, saisir », a.h.all. grifan; m.h.all. grifen, all. greifen « id. ». Cette hyp. s'appuie sur le fait que le mot gripper, attesté indirectement dans des dér. plus anc. (ca 1200, agripper; XIIIe s. gripaille ds FEW t. 16, p. 78b), semble exister av. la fin du XVe s., mais que son emploi est limité à l'orig. à la lang. spécialisée des escrocs et des voleurs et n'est devenu courant dans la lang. commune que beaucoup plus tard, ce qui explique la date tardive de son apparition dans la lang. littér. Au sens de « atteint de la grippe », grippé est dérivé de grippe « catarrhe » suff. -é. D'apr. BL.-W.2-5 gripper pourraît être dér. du subst. grippe; de même que griffer viendrait de griffe. Fréq. abs. littér. : 28. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 521. - VIDOS 1939, p. 448.

gripper [gʀipe] v.
ÉTYM. 1425, « agripper »; « saisir avec les griffes », 1509; du francique grîpan « saisir » (cf. all. greifen). → aussi Griffer; grimper; 2. grincher.
———
I V. tr.
A Vx.
1 Attraper, saisir lestement et avidement (particulièrement avec les griffes). Happer. || Ce chat a grippé un morceau de viande. || Il a grippé la souris à la sortie du trou (Académie).
1 Et toutes deux, très mal contentes,
Disaient entre leurs dents : « Maudit coq, tu mourras. »
Comme elles l'avaient dit, la bête fut grippée.
La Fontaine, Fables, V, 6.
2 (1583). Dérober, voler. || On lui a grippé sa bourse (Académie).
3 (1699). Arrêter, attraper (qqn). || Gripper un voleur (→ Attraper, cit. 10, Scarron).
B
1 Vx. Froncer, rider.Littér. || « un petit frisson (…) qui me grippe la peau du dos » (Colette, in T. L. F.).REM. Cet ex. manifeste un croisement avec le sens A, 1.
2 (Déb. XXe). Techn. Mod. Provoquer un grippage dans (un mécanisme). || Insuffisance de graissage qui grippe une machine.Par métaphore. || L'esprit bureaucratique grippe les rouages de l'administration.
2 Un travail sourd, incompréhensible, grippait ses articulations (…)
Edmond Jaloux, les Visiteurs, II.
———
II V. intr.
1 (1740). Techn. Se froncer, se retirer (en parlant des étoffes). || Ce tissu grippe un peu.
3 Si une étoffe frappée inégalement, ou fabriquée sur une chaîne mal tendue, ou sur une lisière mal disposée, forme à la surface de petits plis, des tiraillements, on dit qu'elle grippe.
Encyclopédie (Diderot), art. Gripper.
2 (1757, Encyclopédie, art. Foret). Techn. et cour. S'accrocher, se coincer, s'arrêter par l'effet du grippage. || Pièces mal huilées qui grippent. || Le moteur va gripper si vous ne le graissez pas. || Le moteur commence à gripper. → Grippage, cit.
Par métaphore :
4 (…) des freins claqués comme « bien que » ou « quoi que », au lieu du solide « malgré que », qui grippe et grince à la perfection.
Claudel, Positions et Propositions, p. 84.
——————
se gripper v. pron.
ÉTYM. (De I.).
1 Vx. (Au sens A). Passif. Être attrapé, pris.
2 (1752). Vx. (Au sens B, 1). Se froncer. || Ce taffetas s'est tout grippé (Académie).
3 Mod. (Au sens B, 2). || Machine, moteur qui se grippe.
——————
grippé, ée p. p. adj.
1 Vx. Attrapé, pris. — ☑ (1684). Loc. Être grippé de qqch., entiché, épris (→ Grippe, I., 1.).
2 Spécialt. 1. Grippé.
3 Vx. Froncé, ridé. || Étoffe grippée.
(1814). Méd. || Facies grippé : aspect particulier que prend le visage, qui paraît alors crispé, contracté et comme diminué, dans certaines crises douloureuses suraiguës.
DÉR. Grippage, grippement.
COMP. Agripper, dégripper. Grippe-sou.
HOM. 1. Grippé.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gripper — Grip per, n. 1. One who, or that which, grips or seizes. [1913 Webster] 2. pl. In printing presses, the fingers or nippers. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • gripper — Gripper, act. acut. Rapere. Prendre de pleine force sur autruy, voyez Grip …   Thresor de la langue françoyse

  • gripper — GRIPPER. v. a. Attrapper., ravir subtilement. Il se dit proprement du chat & de quelques autres animaux. Ce chat a grippé ce morceau de viande. il a gripé la souris au sortir de son trou. Il se dit fig. Des hommes qui ravissent subtilement le… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Gripper — Gerät zum Training von Hand und Arm Isoliertes Training von Hand und Arm …   Deutsch Wikipedia

  • gripper — (gri pé) v. a. 1°   En parlant du chat ou de tout autre animal à griffes, saisir subtilement. Le chat a grippé la souris à la sortie du trou. 2°   Par extension et familièrement, dérober, ravir le bien d autrui. On lui a grippé sa bourse.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • GRIPPER — v. a. Attraper, saisir subtilement. Il se dit proprement Du chat et de quelques autres animaux. Ce chat a grippé un morceau de viande. Il a grippé la souris à la sortie du trou. Dans ce sens, il est familier.  Il se dit, par extension et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • gripper — vt. , bourrer, surcharger, gripper, enrayer, bloquer, coincer, saturer, (un mécanisme, un engrenage, en lui donnant trop de choses à faire à la fois, un battoir de batteuse en engageant trop de javelles) : êgorâ, C. y êgueûre <ça sature>… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • GRIPPER — v. tr. Attraper, saisir subtilement. Il se dit proprement du Chat et de quelques autres animaux. Ce chat a grippé un morceau de viande. Il a grippé la souris à la sortie du trou. Il est vieux. On dit plutôt AGRIPPER. Il se dit, par extension et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Gripper — Grippers Un gripper standard Les Grippers (de l anglais to grip qui signifie prendre prise) ou musclets sont des objets utilisés pour se muscler les mains (notamment les doigts) et les avant bras …   Wikipédia en Français

  • gripper — An obviously too tight piece of clothing. Come on, that s a bit of gripper. We don t want to see that …   Dictionary of american slang

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.